Témoignages


     Bonjour,

     Danseuse professionnelle, je cherchais une méthode corporelle douce pour me préparer physiquement et psychologiquement à l'accouchement dans les meilleures conditions...

     J'ai trouvé à travers le cours de Christine Colonna-Cesari une véritable approche tout en finesse de ce que peut-être le yoga destiné aux femmes enceintes.

     Outre la pratique de postures très simples et fondamentales,      le cours est accompagné d'un profond travail de respiration à mettre en pratique avant, après et surtout pendant l'accouchement. Ce travail profond de respiration issu du "Yoga de l'énergie" s'avère bénéfique à tout point de vue tant sur le plan psychologique et émotionnel que sur le plan du relâchement corporel ( points très importants à mon sens au cours de la grossesse et de l' accouchement).

     De plus, Christine accompagne son cours d'une écoute personnalisée et prodigue de nombreux conseils autour de la grossesse qui permettent de se préparer de la façon la plus naturelle qu'il soit et, de consolider la confiance en soi nécessaire à cette grande aventure qu'est la naissance d'un bébé!

     Sa douceur et sa gentillesse baignent l'atmosphère du cours et l'on ressort détendue, en maîtrise de soi-même, en communication directe avec le bébé qui profite, j'en suis sûre, de tout ces bienfaits... Chaque femme peut alors, à nouveau, affronter la jungle urbaine profondément protégée...

Marielle.



     Bonjour,

     Bonjour Christine, Je voudrais partager avec vous une bonne nouvelle. J’ai accouché ce matin, d’une merveilleuse petite fille, Eva. Grâce à vos précieux conseils, l’accouchement s’est merveilleusement bien passé. J’ai accouché avec le bébé en siège, par voie basse et cette fois, j’ai tout senti et dirigé mon bébé vers la sortie. Ca s’est fait très naturellement. Il y avait trois médecins dan la salle et ils étaient tous étonnés, par la rapidité et la fluidité de l’accouchement. En plus, je n’ai eu ni épisiotomie, ni déchirure. Ils m’ont demandé quelle préparation j’avais faite ! Merci encore pour vos conseils et votre disponibilité. Grâce à vous, j’ai eu un super accouchement ! Bien à vous.

Anastasiia.



     Bonjour,

     Je vivais une grossesse magnifique mais j'avais une activité professionnelle assez stressante, alors j'ai recherché des cours de yoga pour que cette grossesse soit toujours aussi idyllique. C'est ainsi que j'ai rencontré Christine, qui m'a permis une fois par semaine de faire abstraction de tout pendant 1 heure. Ces cours et son savoir sur l'accompagnement de la grossesse et de l'accouchement m'ont permis de prendre conscience de mon corps, de comprendre comment je pouvais agir sur lui, l'influencer, le soulager, l'accompagner dans toutes les étapes de la grossesse et de l'accouchement.

     Et c'est tout simplement pour ça que tout s'est très bien passé. Ma grossesse est celle que je souhaite à toutes les femmes: pas un maux, que du plaisir, de la découverte, de la communication et déjà du partage avec mon bébé. Puis, le plus bel accouchement, grâce aux respirations et aux exercices de mobilité du bassin et d'assouplissement du périnée enseignés par Christine.

     Tout a commencé le 27 mars à 6 h du matin (1 semaine avant le terme) par des contractions légères et espacées de 20 minutes, puis progressivement elles se sont rapprochées pour être toutes les 10 minutes. Vers 11 h, avec le papa et dans le calme et la sérénité nous avons décidé d'aller à la maternité. Ils nous ont renvoyé chez nous (car je n'étais qu'un 1 cm de dilatation) en nous affirmant que nous avions le temps. Heureusement, car le papa devait impérativement faire un aller/retour Luxembourg - Bruxelles. Pendant toute l'après midi, je me suis détendue, j'ai respiré calmement en attendant son retour, les contractions sont restées présentes mais ne se sont pas accélérées. Vers 18 h à son retour, j'ai décidé que j'accoucherai ce jour, j'ai donc pris en main le travail pour qu'il s'accélère. Je me suis mise a faire le ménage dans toute la maison, à monter descendre les escaliers et à faire des exercices de respirations accompagnés de bascule de bassin. A 23h30 nous étions de nouveau à la maternité, j'étais passé à 3 cm de dilatation avec des contractions plus rudes toutes les 3 minutes. Ils nous ont gardé. J'ai continué à m'activer, à respirer, à bouger mon bassin.... j'ai arpenté les couloirs de la maternité, les escaliers et.... à 2 h du matin j'etais passé à 9 cm de dilatation, à 3h47 et après avoir poussé 6 fois, le petit Adrien était dans mes bras avec déjà ses 2 yeux grand ouvert. Et tout cela sans péridurale, sans épisiotomie ni déchirement.......... LE BONHEUR.

     Je voulais vivre mon accouchement.... et bien j'ai vécu le plus beau commencement de cette merveilleuse aventure qui est celle de l'arrivée d'un bébé dans sa vie.

     Encore merci à Christine : grâce aussi à elle, j'ai découvert le massage des bébés dont mon petit jouit comme un véritable pacha!

Marie-Ange, Fred et Adrien.



     Bonjour,

     je suis l’heureuse maman de deux petites filles. Pour la naissance de la deuxième, j’ai décidé d’ajouter la préparation de yoga prénatal proposée par Christine, à celle de la maternité. J’avais d’abord testé d’autres cours de yoga qui n’étaient pas vraiment réservés aux femmes enceintes et je n’avais pas été convaincue.

     N’ayant jamais pratiqué le yoga et étant adepte de sports plutôt intensifs, j’ai été au début, plus intriguée que convaincue par la préparation de Christine, axée sur la relaxation, la respiration et l’énergie.

     Cependant, après quelques séances, j’en ai constaté les premiers bénéfices, en terme de relaxation et d’un meilleur contrôle de mon corps en plein changement. J’ai pu par exemple, rapidement maîtriser un début de sciatique, qui avait gâché ma première grossesse et mon premier accouchement où même la péridurale n’avait pu m’empêcher de souffrir terriblement.

     Mais la vraie surprise, je l’ai eu au moment de l’accouchement où les exercices de respiration, de relaxation et les conseils de Christine, m’ont été particulièrement précieux.

     Le travail a été assez rapide ( je ne suis restée en salle de naissance que trois heures) ; grâce aux exercices de yoga, j’ai pu mieux supporter les douleurs des contractions et je suis restée plus longtemps à la maison, avec ma famille. A la maternité, j’ai utilisé la position semi assise (comme dans un transat) enseignée par Christine, je l’ai trouvé beaucoup plus naturelle et confortable que celle sur le côté que l’on m’avait proposée. Cependant, j’ai craint d’avoir un travail long et compliqué comme lors de mon premier accouchement et j’ai demandé une légère péridurale. A postériori, j’ai réalisé que j’aurai pu m’en passer.

     Sincèrement, grâce à cette préparation yoga, j’ai très bien vécu mon second accouchement ; j’étais plus concentrée sur moi même et sur mon bébé, j’avais une meilleure maîtrise de mon corps et de mes émotions. Apparemment, le bébé lui aussi a profité de cette préparation. Elle est très éveillée, comme sa sœur, mais plus calme et détendue.

     Pour conclure, je remercie Christine de tout mon cœur, pour avoir contribué à cette réussite et m’avoir fait découvrir les bienfaits de cette discipline.

Magda



     La naissance sans violence de Martin

     Tout au long de ma grossesse, j’ai suivi des cours de yoga avec Christine Colonna-Césari, dans le but de communiquer avec mon enfant et de préparer au mieux mon accouchement.

     L’idée d’un accouchement médicalisé à outrance m’était difficile à admettre. Je voulais faire du mien, un acte où j’allais être complètement maître de mon corps. C’est pourquoi, j’ai choisi d’accoucher à la maternité des Lilas, qui me semblait être un lieu où les professionnels se posaient des questions sur leur pratique et préservaient un accompagnement humain avec les futurs parents. Mon accouchement allait en être la preuve.

     Lorsque je suis arrivée en salle de travail avec mon mari, la sage-femme a constaté que mon bébé se présentait par le siège. Une radio du bassin confirmait qu’il était assez large pour laisser passer le bébé. En concertation avec la sage-femme, je décidais alors de rester sur ma première idée, à savoir d’accoucher sans péridurale. Consciente de cette chance d’éviter la césarienne, je me suis alors concentrée sur les respirations de yoga, pour accompagner mes contractions.

     Puis les contractions se sont amplifiées et rapprochées ; rester allongée devenait insupportable. Je me suis alors mise debout et j’accompagnais toujours les contractions à l’aide des respirations, en basculant le bassin petit à petit. Mon mari me donnait le rythme et nous faisions à deux, les mouvements. La sage-femme était très discrète. Elle venait environ toutes les heures, pour s’informer de mon état et pour faire le point sur la dilatation du col, ne s’immisçant pas dans notre relation de couple. Elle disposait le monitoring environ un quart d’heure sur mon ventre, puis m’autorisait à continuer mes mouvements à la verticale.

     Lorsque les contractions se sont intensifiées, j’ai perdu à trois reprises le rythme et je me suis laissée submerger par la douleur. Mon mari me redonnait le rythme mais je me sentais très fatiguée car je n’avais pas mangé depuis longtemps. Dilatée à six centimètres,  j’ai alors demandé la péridurale car j’avais peur de ne pas avoir assez de force pour l’expulsion. La sage-femme m’a alors proposé son aide ; elle est restée quelques instants avec nous pour nous soutenir et m’aider à retrouver mon calme. Par des paroles douces, elle me réconfortait. A une seconde reprise, je lui ai demandé la péridurale. Elle m’a demandé si j’étais sûre de ce choix. Je lui ai répondu que «je ne savais plus ce que je voulais». Elle m’a proposé une perfusion de glucose qui m’a redonné un coup de fouet. J’ai pu appréhender la phase finale de mon accouchement en continuant les respirations yoga et accompagner mon enfant.

     Lorsque notre petit Martin est né, nous avons remercié la sage-femme de ne pas avoir fait venir l’anesthésiste pour la péridurale. Elle nous a dit qu’elle voulait respecter notre choix premier, sachant que nous arrivions très bien à gérer les contractions, aussi bien physiquement que moralement.

     Grâce à tout cela, j’ai eu la satisfaction de conduire moi-même la naissance de mon premier bébé, de pouvoir dès le début, être complètement disponible pour entamer la relation avec lui. J’ai eu la chance de rencontrer des lieux et des êtres propres à soutenir ma détermination, malgré la vulnérabilité dans laquelle on se trouve lorsqu’on est enceinte. Je souhaite, la même détermination à chaque femme. Je suis fière d’avoir offert une naissance harmonieuse à mon bébé, dont je suis sûre qu’il gardera l’empreinte.

Sandrine



     Bonjour,

     Lors de ma dernière grossesse, j’ai eu la chance de participer aux cours de yoga pour femmes enceintes de Christine. Dès le début, ces cours m’ont beaucoup plu car ils m’apportaient bien-être et apaisement, un sentiment d’osmose avec mon bébé in-utéro. De plus après chaque séance mon bébé, trop bas placé, trop tôt, remontait dans mon ventre. Malgré tout mon col s’est raccourci dès la fin du 7 ème mois, comme à chaque grossesse. Le médecin me prescrivit un maximum de repos. Cela m’a beaucoup contrariée car je me voyais comme aux précédentes grossesses, alitée et sans aucune activité. L’hôpital très médicalisé, qui me suivait me contrariait aussi à cause de l’anonymat de ses échanges et de sa dramatisation excessive par souci de prévoyance. J’avais fait le choix de cet hôpital car mon dernier bébé avait du être opéré à la naissance et je craignais de revivre une mauvaise expérience.

      Christine me fit prendre conscience des conséquences désastreuses de ce genre de stress sur le déroulement d’une grossesse et d’un accouchement. Les échographies successives confirmant la bonne santé de mon bébé, après un temps de réflexion, je me suis engagée dans une toute autre voie : celle d’accoucher dans une plus petite maternité avec une sage-femme libérale. Je me sentis alors libérée d’un poids et pu enfin me projeter dans la perspective de vivre un accouchement tel que je le désirais. Je m’autorisais aussi à reprendre les cours de yoga tant ils me faisaient du bien et pour le plaisir d’échanger avec d’autres femmes enceintes. Je vécu mon neuvième mois de grossesse dans une réelle joie de l’attente, accompagnant mes autres enfants dans leurs activités jusqu’à une semaine avant le terme, un vrai miracle pour moi !

     L’autre miracle fut l’accouchement. Je doutais au départ de pouvoir pratiquer correctement les respirations spécifiques du yoga, durant l’accouchement, celles-ci étant nouvelles pour moi et inconnues de ma sage-femme. Je suis arrivée à la maternité après avoir perdu les eaux et dilatée à 2cm. D’expérience j’ai préféré déambuler dans le couloir, désert à cette heure de la nuit, plutôt que de rester allongée ; peut-être mon côté « femme sauvage ! » m’appuyant contre un rare petit bout de mur nu, pour pratiquer les respirations en dé cambrant mon bassin au moment des contractions. Entre deux contractions, je discutais avec mon mari. Au bout d’une heure j’ai trouvé que les contractions se rapprochaient ; j’avais aussi de fortes nausées, lesquelles avaient précédé l’expulsion lors de mes précédents accouchements.

      La sage-femme, en m’examinant fut surprise de constater que j’étais déjà dilatée à 8 cm. J’ai eu un peu de mal à ce moment là à retrouver ma sérénité dans ma respiration, car tout semblait aller très vite. Joséphine arrivait, presque expulsé de mon corps, l’accouchement avait duré une heure quinze. Je crois que j’avais oublié de prévenir la sage-femme que les respirations yoga rendaient l’accouchement plus rapide !

     Joséphine, née pratiquement à terme, a tété vigoureusement dès le premier quart d’heure suivant sa naissance. Je l’ai trouvée plus tonique que ses frères et sœurs et surtout, elle dort de plus longues plages horaires, surtout la nuit. Elle a eu son premier massage avec Christine quelques jours seulement après sa naissance, que j’ai commencé à apprendre moi aussi à lui donner. Ces bienfaits du Massage Intégral sur elle, me procurent également une grande joie. Dommage que je n’ai pas connu Christine plus tôt !

Marie-Amélie



     Avant d’être enceinte, j’étais stressée et anxieuse ; j’idéalisais la grossesse et j’imaginais que mon stress et ma nervosité s’évaporeraient le jour où je serai enceinte, mais ce ne fut pas le cas. J’ai donc cherché une autre « soupape de sécurité » pour évacuer mon stress !

     Le yoga m’a permis de me retrouver, me recentrer sur mon corps, de me calmer et me poser. L’apaisement que j’ai trouvé dans les cours de Christine m’a permis aussi de cibler mes priorités. En m’accordant ces moments privilégiés, j’ai appris comment me recadrer quand j’en avais besoin. Cela m’a apporté une sagesse et un calme intérieur auxquels je n’étais pas parvenu jusque là toute seule.

     Au final, à travers cette découverte de mon corps, j’ai pu établir un lien avec mon bébé, avant même qu’il arrive, de façon plus profonde, que par ses seuls mouvements in-utéro. J’avais hérité de mon père, une culture du bien-être et de la paix intérieure que j’ai enfin pu réaliser à travers ces cours. Ré apprendre à respirer est quelque chose de tout simplement essentiel au quotidien. Je voulais mettre tous les atouts de mon côté pour avoir un bébé cool.

     Mon accouchement à été rapide ; je me suis mise dans une bulle et je me suis complètement focalisée sur les respirations yoga et sur le bébé. Je suis donc arrivée à la maternité déjà dilatée à 5 cm après seulement une à deux heures de travail. A bout de deux heures j’étais passée à 9 cm et puis là j’ai demandé une péridurale car j’avais très peur du moment de l’expulsion !

     J’ai bluffé la sage-femme et mon mari auquel j’avais demandé d’être seulement présent et de se taire, moi qui suis habituellement très bavarde !

     Je me suis faite suivre en ostéopathie durant ma grossesse et j’apprend maintenant, à masser mon bébé avec Christine. Si c’était à refaire, je foncerai car on ne peut pas avoir une meilleure préparation et un meilleur accouchement. J’ai vécu le mien comme un moment magique qui m’a permis de découvrir ma force intérieure et dont je garde un souvenir merveilleux. Mission accomplie !

Virginie



    Faire du yoga prénatal s’est imposé comme une évidence dès le début de ma grossesse car j’avais une activité professionnelle très prenante et il me fallait un compromis entre activité physique et relaxation. Le premier contact avec Christine a été déterminant qui m’a accueilli dans une ambiance très agréable, à un moment où les médecins me demandaient de me reposer le plus possible, étant donné que mon bébé était positionné très bas et ne grandissait pas suffisamment. Très vite ces cours hebdomadaires, le travail de posture et de respiration ont soulagé les petits « bobos » de la grossesse tels que les maux de dos, de circulation ou de digestion. Je sentais réellement mon bébé « s’étaler » dans mon ventre et réagir aux exercices choisis spécifiquement par Christine. Mon ventre s’arrondissait harmonieusement et mon bébé est bien remonté au cours des semaines.

    Plus l’accouchement approchait, plus je me sentais sereine et prête à vivre cette expérience unique qu’est la mise au monde de son enfant. Au delà d’un vrai travail sur mon mental, Christine m’a aussi donné tous les outils et conseils nécessaires à une bonne approche de mon accouchement. Très motivée j’ai suivi ses conseils à la lettre !

    Le travail à commencé par des petites contractions sur lesquelles j’ai immédiatement mis en place les techniques de respiration que j’avais répété mainte fois pour le jour J ! Mon objectif était de prendre en main mon accouchement et non de le subir. Alors que les contractions se rapprochaient et s’intensifiaient j’ai accompagné celles-ci par les mouvements de bascule du bassin pour accélérer le travail.
J’ai essayé de passer le plus de temps possible debout : la respiration m’a aidé à bien gérer la douleur, elle me soulageait considérablement et me permettait de rester concentrée sur ce qui se passait en moi ; Je me suis mise hors du temps comme Christine le conseille souvent, à l’écoute de mes sensations ; j’avais confiance en moi, je savais que mon corps me signalerai le moment de partir à la maternité. J’espérais au fond de moi que le travail soit très avancé mais je n’avais aucun repère pour ce premier accouchement. Finalement je suis arrivée aux Bluets, dilatée à 9 cm et je n’ai passé qu’une heure trente en salle de naissance où j’ai accouché sans péridurale. Les sages-femmes étaient très étonnées car je riais avec elles en leur disant de me laisser faire, que je savais faire. Elle ont été si impressionnées qu’elles m’ont dit « on va vous embauchez pour faire les préparations à la maternité ! »
Ma fille est née rapidement, aidée par les respirations yoga. Elle a très vite récupéré de sa naissance et moi de mon accouchement. Je n’avais pas forcément en tête l’idée au départ d’accoucher sans péridurale mais je suis ravie de cette naissance naturelle ; j’ai eu l’accouchement harmonieux que je voulais. En conclusion, je dirais que nous savons effectivement toutes mettre au monde notre enfant. Notre corps est un outil qui sait agir comme il convient, le moment venu, il ne nous reste plus qu’à l’accompagner par une bonne approche mentale et des techniques qui favorisent un travail efficace et rapide. Yes we can !

Annabelle


TABLEAU

   Bonjour à toutes et à tous,

Je souhaite vous faire partager ma merveilleuse aventure. J’ai rencontré Christine alors que j’étais enceinte de quatre mois de deux petites filles, tout en ayant 43 ans. Ma grossesse s’est déroulée dans une grande sérénité. Je m’arrondissais sans prise de poids conséquente (18 kg au total) et mes poupées évoluaient harmonieusement. Je faisais du yoga quotidiennement à la maison et une fois par semaine en groupe. Ces moments d’échange ont été très riches, à la fois avec Christine qui me conseillait ainsi qu’avec les autres futures mamans.

Ayant eu une interruption de grossesse il y a 2 ans alors que j’attendais une petite fille trisomique, je souhaitais initialement avoir une césarienne. Au fil de mes séances de yoga, j’abandonnais cette idée et me concentrais sur les respirations de l’accouchement.

Dans le cas des grossesses gémellaires, l’accouchement est généralement déclenché 3 semaines avant terme. J’étais hésitante mais je souhaitais ne courir aucun risque, cette grossesse étant très précieuse. J’ai donc été déclenchée. Le lendemain matin une césarienne était décidée, les enfants ne supportant pas les contractions. Ce fut l’émerveillement de ma vie lorsque nos poupées sont arrivées !

J’ai tenté l’allaitement pendant 4 jours puis j’ai arrêté car cela ne me convenait pas. Je sentais mes enfants tendues car je ne pouvais pas répondre à leur demande au sein. Au bout de trois jours, je n’avais plus aucune douleur au niveau de ma cicatrice. Je n’ai ressenti aucune fatigue malgré la perte de 13 kg en une semaine. Je précise tout cela car la césarienne m’était déconseillée, présentée comme génératrice d’épuisement, surtout dans le cas de la naissance de deux enfants.

Le retour à la maison s’est fait dans la joie et la sérénité. Nos deux petits coeurs sont des petites filles curieuses, éveillées, gourmandes et très sages. Elles ne se réveillent que deux fois dans la nuit, l’une après l’autre ! le temps que le biberon de la première soit donné... Durant ma grossesse, nous n’avons eu mon mari et moi que des témoignages alarmistes de parents de jumeaux et nous nous attendions au pire. Notre expérience est pour l’instant toute autre.

J’aimerai remercier Christine pour son accompagnement ainsi que les futures mamans rencontrées lors de ses cours à Vincennes !

Sophie


TABLEAU

  Soucieuse de vivre une grossesse épanouie et de ne pas céder à l’anxiété face aux multiples interrogations qu’une première grossesse peut susciter, j’ai décidé de me mettre au yoga prénatal dès la fin du premier trimestre de ma grossesse. Arrivée, sans même savoir ce qu’était « un projet de naissance », j’ai vite compris son importance. J’ai ainsi découvert qu’il est tout à fait possible et même souhaitable de ne pas subir son accouchement ! Ces cours hebdomadaires avec Christine, ne furent pas uniquement une détente du corps et de l’esprit. Ils m’ont véritablement accompagnée et énormément apporté tout au long de cette belle aventure qu’est la grossesse. Ce fut notamment un temps privilégié entre mon bébé et moi et un lieu d’échanges avec les autres futures mamans et même, une jeune maman revenue raconter son expérience.

  Les explications et nombreux conseils prodigués au fil des séances, m’ont non seulement permis de dédramatiser le jour J mais m’ont également appris comment préparer au mieux l’accouchement et comment rendre les heures de travail plus efficaces. Ainsi, grâce aux divers exercices de yoga (assouplissements et techniques de respiration), à l’ostéopathie et aux tisanes de feuilles de framboisiers, j’ai eu l’immense chance de vivre un accouchement « express » de 3h et de pouvoir donner naissance à mon bébé comme je le souhaitais : sans péridurale.

  J’ai voulu prolonger ces moments d’échanges privilégiés avec mon bébé, et je m’initie désormais, ainsi que le papa, aux massages bébés avec la méthode de Christine ! Je découvre une nouvelle facette de ma fille, visiblement apaisée, amusée, curieuse et, sans aucun doute, fan de ces séances !

Je ne remercierai jamais assez Christine pour toute cette aide plus que précieuse !

Sophie M.


TABLEAU

Naissance de Lucie, mon bébé yoga
  
   Deux choses sont indispensables pour réussir son accouchement, bien choisir sa maternité et surtout sa préparation. Je m’en suis rendu compte lors de ma première grossesse où j’avais pris cela un peu  à la légère ! Tout au long de ma deuxième grossesse, les cours de  yoga prénatal de Christine m’ont permit de me structurer mentalement et de préparer mon corps en intégrant son approche dans laquelle, la femme est l’actrice principale d’un acte qui lui appartient. Cette préparation s’est avérée indispensable et le jour J  je ne me suis pas précipitée à la maternité mais j’ai bien « travaillé » à la maison comme Christine nous le conseille. J’ai commencé les respirations yoga dès le début des contractions. Je me répétais les phrases de Christine «  Vous êtes une autoroute d’énergie ! », et pendant les contractions que je faisais en dé cambrant appuyée debout contre un mur « la contraction est une chouette copine, elle est là pour vous aider, on ne force pas, on accompagne ».
    En arrivant à la maternité, j’étais dilatée à 5 cm ;  je me suis installée sur mon coussin rouge conseillé par Christine et j’ai dit à la sage-femme que je voulais accoucher naturellement, sans péridurale, faire mes respirations yoga et ne pas être dérangée. En deux heures, que je n’ai pas vu passer, le col était ouvert à 10 cm, à la grande surprise de l’équipe médicale !... Et pourtant les conditions pour bien respirer dans un hôpital public n’étaient pas idéales, entre la tension qui te serre  fort le bras, toutes les dix minutes et le monitoring qui te serre le ventre, qui plus est une fois sur deux pendant une contraction. Quand les contractions sont devenues plus fortes, je me répétais « on ne force pas, on accompagne ». Puis la sage-femme m’a dit qu’elle allait m’installer pour la poussée ; je lui ai dit «  surtout pas, bloquer pousser, je veux continuer mes respirations yoga ». Je ne savais pas ce que voulais dire m’installer pour pousser ; je me suis retrouvée les pieds dans les étriers, le diaphragme bloqué et le bassin suspendu, je ne pouvais plus respirer, ni accompagner mon bébé en dé cambrant sur l’expiration, c’était très inconfortable. La sage-femme m’a dit que mes respirations ne « marchaient pas », tu parles, impossible de respirer correctement dans cette position ! Je n’ai donc pas pu échapper à la fameuse bloquer pousser !! Cela s’est passé en un quart d’heure sans trop d’excitation. Ma petite Lucie est donc arrivée au monde dans la sérénité avec les yeux grands ouverts.
   Après l’accouchement nous avons été transférées Lucie et moi dans un autre hôpital, faute de place dans celui où j’ai accouché. Je me suis habillée et je suis sortie de la chambre en demandant où était l’ambulance. Toute l’équipe était très impressionnée et me disait : mais vous marchez déjà ? Vous êtes courageuse !!!
   Je ne cesserai de remercier Christine pour tout ce qu’elle m’a appris. Ses cours m’ont permit de vivre cette expérience unique dans la sérénité et la confiance. C’est un acquis pour toute la vie et j’utilise désormais les respirations dans ma vie, pour évacuer le stress, me relaxer et me recharger en énergie. Mille mercis Christine !

 Elena
Post-scriptum : l’heureux papa remercie aussi Christine car il a pu pleinement participer à ce moment unique, sans aucun stress, tant Elena malgré les contractions lui semblait sereine et maîtresse de son accouchement. Un papa zen donc avec une maman et un bébé yogas !



Bonjour à toutes et à tous,
   C’est avec une grande joie que je partage le souvenir de mon accouchement car ce fut le plus beau jour de ma vie, ainsi qu’un immense merci à notre fée Christine, sans laquelle j’aurai certainement été perdue le jour J ! Lorsque je suis arrivée à ses cours, je ne connaissais pas grand-chose à la respiration, aux contractions etc… La seule chose dont j’étais certaine était de ne pas vouloir de péridurale car je voulais que  Léo, notre bébé, arrive au monde le plus naturellement possible. Toutes mes copines et mes collègues de travail me prenaient pour une folle et j’avais besoin de trouver un soutien. Je l’ai trouvé auprès de Christine qui m’a apporté bien plus que de simples techniques de respirations yoga, car elle sait nous transmettre cette force intérieure et la révélation de notre femme Sauvage, dont on a tellement besoin pendant la grossesse et l’accouchement. Sans compter tous ses précieux conseils : la ceinture de grossesse, le coussin d’accouchement (mon meilleur ami le jour J !), les feuilles de framboisiers !
   Mon bébé est arrivé au premier jour de Printemps, après que j’ai essayé les expirs décambrés sur le coussin de Christine, au cours de yoga. Au début du travail, je m’attendais à quelque chose de plus douloureux. Je suis restée chez moi, en accompagnant les contractions avec les respirations apprises avec Christine. Lorsqu’elles sont devenues régulières,  nous sommes partis à la maternité mais je ne croyais toujours pas que c’était le jour J !
   J’ai eu aussi la grande chance d’accoucher aux Lilas où les sages-femmes ont respectés notre projet de naissance et nous ont laissé vivre notre accouchement comme on le voulait. J’ai fait le travail debout, appuyée contre un mur, en décambrant à l’expir pendant les contractions. Dans ma tête je me répétais une phrase de Christine : «  la contraction est notre chouette copine » et mon col s’est ouvert très rapidement. Au moment de l’expulsion, les sages-femmes m’ont laissé faire mes expirs décambrés bouche fermée  du yoga, cramponnée à mon coussin que je ne lâchais plus. Elles se sont adaptées, elles ont été extraordinaires, ce qui m’a permis d’être très à l’aise. A ce moment là, j’étais ailleurs, c’était magique de sentir mon corps travailler, le bébé descendre, de réaliser que je l’accompagnais bien dans son chemin vers la sortie et en 3 expirs décambrés, Léo est né. Les sages-femmes m’ont dit que j’étais une championne ! Tout s’est tellement bien passé, sans déchirure, sans péridurale, sans stress grâce aux respirations yoga, qu’elles avaient du mal à croire que j’accouchais de mon premier bébé.
   Chère Christine, j’ai eu beaucoup de chance de te rencontrer et je ne te remercierai jamais assez de m’avoir ainsi préparé à la naissance de mon fils.
Assya

   Comme la tendance est aussi de permettre au papa de s’exprimer, j’en profite jute pour dire, qu’aucun mot ne peut décrire l’intensité du moment de la naissance. Aussi démuni que ma femme face à cette première grossesse, j’ai eu la chance de voir Assya s’épanouir et devenir sûre d’elle-même, de cours en cours. Elle était rassurée et assurée pour deux et j’ai pu ne gérer que mes propres émotions, ce qui n’est déjà pas une mince affaire ! Elle a trouvé auprès de Christine et des autres femmes enceintes des cours de yoga, le soutien et les réponses à des questions que nous ne savions même pas où aller chercher. Juste une immense gratitude pour avoir aidé à faire de ce moment ce qu’il a été… Jérémie

Amicalement, Assya, Jérémie et Léo



Bonjour,

   Je suis maman de deux garçons, pour lesquels j’ai eu deux grossesses et surtout deux accouchements très différents. Mon premier bébé était  arrivé 4 semaines avant terme, et bien qu’ayant religieusement suivi les cours de préparation à l’accouchement dispensés à la maternité, j’avais vraiment enfanté dans la douleur, pour reprendre une expression chère à nos anciens : je n’avais pas maîtrisé une seconde ce premier accouchement ; je n’avais pas su gérer la douleur des contractions ni trouver les postures adéquates permettant de faire descendre mon bébé plus vite. La péridurale ayant été posée trop tôt, je suis restée immobile et le travail a été ralenti. Mon fils est né avec des spatules et surtout, au lieu de penser «  à donner la vie », j’étais plus focalisée sur ce qui m’arrivait…. J’ai regretté de ne pas avoir su accueillir mon petit dans la sérénité et j’ai donc décidé que cela ne se passerait pas ainsi pour mon second enfant !

   J’ai donc commencé les cours de yoga prénatal avec Christine à 4 mois de grossesse pour y trouver relaxation et énergie. Puis en l’écoutant, j’ai réalisé que j’étais bloquée par rapport à l‘accouchement et que l’on pouvait, si tout se passait bien médicalement,  maîtriser et vivre pleinement cet instant ! C’est sur ce point que son aide m’a été la plus précieuse : elle offre aux futures mamans un accompagnement et un soutien face à ce grand évènement, en les préparant physiquement certes, mais aussi psychologiquement, en les faisant cheminer doucement dans leur tête….Ma grossesse étant plus sereine, mon bébé a joué les prolongations. Il est né à J+ 2, après qu’on m’ait rompu la poche des eaux. Bien que le col était encore long, le travail a démarré aussitôt. J’ai de suite, utilisé les respirations apprises avec Christine pour le faire descendre. Ce qui a été efficace car le travail n’a duré que deux heures et demie. Le staff médical m’a posé une péridurale à mi parcours car les contractions étaient très fortes du fait de la rapidité du travail. Une fois le travail terminé mon bébé a littéralement « plongé », il est arrivé en deux minutes !

   Je suis très fière d’avoir eu confiance en moi et d’avoir su maîtriser mon corps et mes émotions, pour profiter pleinement de ce moment.

Aujourd’hui c’est un bébé zen et calme ; je suis certaine que sa venue au monde dans la sérénité y est pour beaucoup et à ce titre je ne remercierai jamais assez Christine.

Claire ( de Tourettes sur Loup)



  J’ai massé mon fils lorsqu’il était bébé, c’était important pour moi de le toucher, le masser pour son bien-être et le développement de sa conscience psycho corporelle. Je n’appliquais aucune technique, ni protocole particuliers, j’agissais selon mon ressenti. Je pensais que mon bébé appréciait car il ne disait rien mais en grandissant, il est devenu de plus en plus réticent au contact jusqu’à refuser totalement le massage à l’âge de 6 ans. Cela m’interpellait beaucoup et me perturbait jusqu’à ce que je fasse une formation professionnelle à sa méthode, avec Christine. Dans cette formation, elle nous a fait prendre conscience qu’un massage bébé/ enfant, ne s’improvise pas ; qu’on n’entre pas au hasard dans l’espace de l’enfant, sans risquer de l’envahir et de l’agresser. J’ai réalisé que c’était bien ce que mon fils voulait de me faire comprendre ; il me proposait de me masser mais refusait que moi je le masse !
Ce que j’ai appris dans cette formation m’a déculpabilisé et recadré et j’ai raconté à mon fils que j’apprenais une nouvelle méthode de massage des bébés et des enfants. A mon grand étonnement, il a de suite voulu que je l’essaie sur lui. Il a été ravi et très satisfait et m’a dit : « merci, maman, j’aime beaucoup cette technique de massage », allant jusqu’à rajouter des gestes issus de son imagination à lui. Christine m’a encouragé à avoir un regard différent sur mon petit surdoué créatif ! Depuis, c’est lui qui me demande des massages.
J’ai compris que les enfants détiennent les clés, nous envoyant les signaux à bien interpréter pour les aider. C’est un défi indispensable à relever pour les éduquer. Cette formation avec Christine m’a libéré et consolidé dans ma relation mère/ enfant.

Sandrine, professeur de yoga



  Un merveilleux « bébé yoga » est arrivé dans nos vies et sa mise au monde est sans nul doute, l’un des plus intenses et des plus fabuleux moment de mon existence. « La femme sauvage » qui était en moi s’est exprimé comme jamais et grâce à ce que j’ai appris auprès de toi, je peux dire avoir vécu et même être allé au-delà de l’accouchement de mes rêves ! bien à toi.

Anne-Laure D


  Jeune maman de 25 ans d´une petite Maïlys, j´ai suivi les cours de yoga de Christine dès mon 3ème mois de grossesse. C’était mon premier bébé ! Une parenthèse de douceur, de recentrage sur soi-même et le bébé et de beaucoup de zen-attitude! Les conseils de Christine ont été particulièrement précieux, pour comprendre mon corps, sentir mon bébé et l´accompagner dans la plus grande sérénité, vers son arrivée sur terre.
C´est ainsi qu´au mois de juin, je suis descendue à Marseille pour accoucher près de ma famille, avec la tisane de feuilles de framboisier, l´huile de massage du périnée et le fameux coussin de grossesse qui lui, ne rentrait pas dans mon sac de voyage !
Pendant 2 mois, j´ai continué à pratiquer les exercices de relaxation et de respiration de Christine; ce qui m´a permis d´arriver en salle de naissance, très sereine et dilatée à 5cm. Guidée par les mouvements de mon bassin en forme d´infini, la petite Maïlys a glissé sur "un toboggan de lumière", comme dit si bien Christine, 3 heures après mon arrivée à la maternité, le jour pile du terme, et sans péridurale ni épisiotomie. Un vrai moment de bonheur sous le soleil de Provence !
Nous sommes ensuite remontés à Paris au mois de septembre et j´ai continué avec Christine, dans cette énergie d´amour, à travers les massages de bébé. Cela lui procure tellement de bien-être, et la voir s´épanouir de jour en jour est magnifique !
Merci du fond du coeur à Christine pour tous ces moments d´écoute, de relaxation et ses conseils en or !

Béatrice et Maïlys bébé yoga

  Je viens de visionner ton dvd et j'ai adoré la douceur, la délicatesse et le respect de l'être humain qui en émanent. Merci pour ce trésor que tu offres aux mamans, aux bébés et aux enfants. La musique est juste top, la pédagogie claire et précise. Je regrette de ne pas l'avoir eu pour Léana. Cependant cela me donne envie de lui re proposer des massages! Bravo Christine, c'est juste parfait.
Je t'embrasse de tout coeur et te remercie ! Belle journée

Laetitia M-S
Professeur de yoga

     Parents de jumeaux magnifiques, nous avons traversé des mois sans aucun repos et surtout accumulé les nuits sans sommeil car notre pédiatre n’avait pas découvert l’allergie à la protéine de lait qui torturait notre fils.

     A la suite de l’hospitalisation de mon fils, j’ai fait la démarche de le montrer à une ostéopathe. Celle-ci m’a vivement conseillé d’alterner les séances d’ostéopathie avec des séances de Massage Intégral avec Christine dans le but de remettre mon fils « sur pied », de trouver un rythme normal et enfin dormir.

     Quand j’ai rencontré Christine j’étais épuisée. Sa douceur, son contact avec mes enfants m’ont beaucoup émue. Chaque séance fut un moment de détente, d’échange et de grand bien-être pour mes bébés et moi-même. Par le toucher, les massages et le dialogue, elle les a libérés de leurs fardeaux (mal –être pour mon fils et effacement pour ma fille). Dès le premier massage de mon fils à l’âge de huit mois, son sommeil s’est amélioré et nous avons commencé à retrouver l’espoir mon mari et moi. J’ai aussi emmené sa sœur jumelle en massage et Christine m’a permis de découvrir que ce que je prenais pour de la sagesse chez elle, qui au contraire de son frère ne pleurait jamais, était en fait un effacement, uns sorte de renoncement au bénéfice de son frère. D’ailleurs dès son premier massage, ma fille est sortie de sa chrysalide de façon spectaculaire en affirmant sa personnalité. Ces séances de massage m’ont aussi permis de mieux comprendre les personnalités de mes bébés et leurs richesses.

     Deux mois plus tard, mon fils marchait à quatre pattes, se tenait debout et faisait ses nuits. Quant à ma fille, elle s’est affirmé durablement et ne se laisse plus embêter ni par son frère ni par les autres enfants.

     Je ne remercierai jamais assez Christine pour le bien-être qu’elle a donné à mes enfants. Bien-être qui perdure des mois après les séances.

     Merci Christine.

Cécile S. Charenton



      Bonjour, je suis masseuse ayurvédique et après une formation au massage bébé sur des poupons j'étais restée sur ma faim; j'étais angoissée car je ne savais pas gérer les réactions du bébé, ainsi que le relationnel, pas si évident que çà, avec les mamans! Je suis arrivée dans une formation de Christine, avec un sentiment d'échec, sentant intuitivement que je voulais quelque chose de plus sérieux; j'étais en plein doute en fait! Christine m'a recadrée et boostée, me donnant des réponses, des explications et à réfléchir sur les difficultés que je rencontrais. Son exigence et sa maturité, sa rigueur professionnelle m'ont faite grandir; son expérience est un vrai trésor! Je suis sortie de là avec la sensation agréable d'avoir accepté d'être au début d'un chemin et de mieux comprendre les besoins réels des bébés, durant mes consultations. J'ai compris qu'avant " je jouais à la dînette" et que c'était cela qui me mettait mal à l'aise. J'ai compris que le massage des bébés est un défi aussi relationnel, que masser plus d'un bébé à la fois, n'est pas sérieux, que cela ne s'improvise pas. Je le confirme !

Marie- Claire