LE YOGA PRENATAL

« On ne fait pas du yoga, on est en yoga »
« D’abord ne pas nuire, se mettre à la portée des occidentaux » Roger Clerc
« L’Essentiel, c’est de s’être éveillé une première fois » Boris Tatsky

Quel cours de yoga prénatal, quel professeur ?
Futures mamans, vous êtes nombreuses à vous poser la question, car vous hésitez face aux nombreuses offres, sur le « marché » du yoga.

Tout d’abord, sachez que le yoga n’est pas une profession réglementée en France comme le sont la plupart des professions exercées avec des diplômes d’Etat. Ce qui veut dire que n’importe qui peut se déclarer professeur de yoga avec ou sans formation conséquente. Nous assistons aujourd’hui à une grande vulgarisation, le yoga est tendance ; les mannequins en posture de yoga sont sans doute l’une des images les plus utilisées par les publicitaires et « le yoga pour les nuls », contre vérité flagrante, s’empile à la Fnac ; il y a de quoi laisser les nouvelles générations sans repères ! Ce qui n’existait pas il y a trente ans est devenue monnaie courante ; hors ce développement incontrôlé du yoga (pas seulement du yoga), est susceptible d’accroître les risques de complications diverses et de non transmission de l’esprit du yoga ; ceci, paradoxalement, au moment où le yoga en France rentré dans les mœurs, est beaucoup plus tacitement reconnu par le corps médical. Cette reconnaissance informelle, ne vous mettant pas pour autant, à l’abri, de personnes insuffisamment formées en yoga prénatal car les gynécologues vous recommandent rarement, un bon professeur de yoga. Cela est compliqué pour eux car le monde du yoga est un milieu en marge du leur qu’ils connaissent assez peu; à l’exception de quelques médecins qui ont par ailleurs une formation de professeurs de yoga.

En matière de yoga prénatal, vous pouvez vous renseignez auprès des professeurs de yoga expérimentés, diplômés des grandes écoles et vraiment spécialisés en yoga pour femme enceinte ou aux Fédérations nationales.

Soyez donc circonspectes dans vos démarches. Personnellement, quand je vous vois, dans mes cours respirer en soufflant bouche ouverte, ne pas du tout maîtriser votre schéma corporel ni la mobilité de votre bassin, n’avoir aucune notion de l’Esprit du yoga, après avoir pratiqué le yoga un an ou plus, j’ai ma petite idée sur ce que vous avez pu acquérir comme bases yoguiques.

Un bon cours de yoga prénatal, est le contraire de cela ,où il faut pouvoir mûrir en chemin physiquement et mentalement ; c’est un lieu calme et discret où tout le monde est à égalité, où vous avez le droit de venir en talons plats, jogging basique , sans maquillage si çà vous arrange , sortir de la compétition avec vous-même et les autres, pour d’abord apprendre à vous détendre, respirer correctement, c'est-à-dire impérativement bouche fermée( sinon ce n’est pas du yoga ), prendre confiance en vous, recevoir des informations qui vous rendent autonomes et surtout, ne rien faire corporellement, (sachant que l’utérus est naturellement contractile ),qui soit contre indiqué avec la grossesse. Vous l’aurez compris, on ne peut pas faire tout et n’importe quoi lorsqu’on est enceinte, même et surtout les premiers mois.
Pour connaître les critères incontournables, pour bien choisir un cours de yoga prénatal, je vous renvoie au chapitre, « choisir un cours de yoga pour femme enceinte » dans mon livre : « Le yoga de la femme enceinte » aux éditions Médicis.

Le yoga est-il remboursé par la sécurité sociale :

Non, le yoga n’est pas remboursé par la sécurité sociale, car ce n’est pas une discipline médicale ou para –médicale. Si nous voyons un jour les bons professeurs de yoga remboursés par la sécu, c’est que notre société aura beaucoup évolué ou bien que vous aurez passé sans vous en rendre compte, la frontière de la Suisse où les cours de yoga sont déjà, remboursés. Cependant certaines mutuelles privées, commencent à rembourser certains cours de yoga, pas forcément adaptés aux femmes enceintes.

Si l’Ecole Française de Yoga s’est longtemps battu pour une reconnaissance officielle de son diplôme pour assurer justement le sérieux de la profession, les professeurs de yoga n’ont jusqu’ici pas souhaité être remboursés. Ce serait même plutôt à l’opposé de la démarche et de la philosophie du yoga, qui demandent aux individus de se prendre en charge et d’assumer leur évolution, leur bien-être et leurs projets. Donc, si on vous propose des cours de yoga remboursés par la sécurité sociale, il s’agit peut-être de préparations classiques ou globales, pimentées de quelques notions de yoga, prises ici ou là, animés par des para médicaux et non par des professeurs de yoga diplômés. L’esprit du yoga reste, malgré toutes ces tentatives, foncièrement libertaire. En attendant de nouveaux paragdimes sociétaux.

L’histoire du yoga en France et le Programme minimum européen de formation de professeur de Yoga :

Le Hatha- Yoga fut introduit en France en 1948 par de grands professeurs comme Constant Kerneïz et Lucien Ferrer auquel succéda Roger Clerc, qui sera par la suite mon professeur. De grands noms du yoga comme Roger Clerc, Eva Ruchpaul, Jean Klein, André Van Lysebeth, Gérard Blitz, Nil Hahoutoff, entre autres, furent à l’origine dès le début des années 70, de la création des premières lignées et écoles de formation de professeurs, de l’Union européenne de Yoga, des rencontres internationales de Zinal, puis de l’Académie d’enseignement supérieur du yoga de l’Energie, suivi seulement en 1982 par les Etats -Unis( soit près de quarante ans après, pour une fois, voyez-vous on les avait précédés !). Roger Clerc y voyait un signe, lui qui toujours voyait loin, très loin ! Il nous disait qu’un jour l’Europe aurait une sorte de « mission spirituelle » pour contrebalancer le poids du matérialisme.

La seconde génération fut constitué essentiellement par Boris Tatsky, Bernard Bouanchaud, Renatha Farah, Jean-Pierre et Marie-Jeanne Laffez, Patrick Tomatis, Claude Maréchal, Rémi Chaloin, Micheline Flak (spécialiste du yoga nidra et créatrice du yoga à l’Ecole), Philippe de Fallois, parmi les référents( pardon, pour tous ceux que je ne peux citer), suivis par une troisième génération où l’on voit apparaître pour la première fois, une préoccupation et une spécialisation pour les femmes enceintes, courant des années 80 avec Christine Colonna-Cesari, Bernadette de Gasquet, Chris Mangeart, Micky Bruno et Martine Texier essentiellement dans la lignée du Yoga de l’Energie, auxquelles on peut rajouter Maud Forget et Rosa Cochet,qui innovent en France, dans le yoga prénatal.

En chemin, à l’Ecole Française de Yoga de Paris où règne une grande ouverture d’esprit, nous croisons, parfois en chair et en os, des êtres d’exception, des érudits, qui nous enseignent, nous enrichissent, nous encouragent à réfléchir et mûrir : Krishnamurti, Tara Michaël, Lanza del Vasto, Sri Aurobindo, Alain Daniélou, Alfred Tomatis, Annick de Souzenelle, Graf Durkcheim, Thérèse Brosse, Jean Herbert, Marie-Madeleine Davy, Blandine Calais-Germain, les lamas tibétains qui pour la première fois débarquent en France, découvrant ébahis, que Roger Clerc nous transmet leurs secrets initiatiques ; j’ai la chance d’assister à la dernière conférence de Gitta Mallasz à la Fnac St Michel…
Nous avons compris d’emblée que le chemin sera long! Je suis comme un poisson dans l’eau dans cette ambiance de tolérance et d’ouverture spirituelle, moi l’électron libre, réfractaire depuis l’enfance, aux « petites boites très étroites » que chantait si bien Graeme Allwrigth !

Roger Clerc je l’appelais « Pépé », même si sa discipline était souvent difficile et il m’a donné mon nom d’artiste peintre « Cesarine », Gérard Blitz distribuait des brioches, avec amour à la fin de ses cours, Renatha, disciple de Durkheim m’a appris des exercices collectifs de mise en confiance que j’utilise toujours, Marie-Madeleine Davy, médiéviste adulée au franc parler, me recevait chez elle, un bouquet de violettes à la main, dans son antre du quartier latin encombrée de livres jusqu’au plafond,( intello jusqu’au bout, elle posait les violettes sur une pile de livres où elle les oubliait !) , le professeur Alfred Tomatis, mon païs niçois, inventeur de l’oreille électronique, m’a réappris la noblesse et la haute vibration spirituelle de la communication, Paco Rabanne, le symbolisme de la mode ; Boris m’a donné de très bonnes bases pratiques, ouverte les portes des dimensions cachées, de la tradition yoguique, des textes sacrés et de connaissances, approfondies par la suite avec Roger Clerc, sans lesquelles je ne serai pas le professeur que je suis ! Mais surtout tous, nous ont tellement donné, et transmises de valeurs profondes, de sagesse et de connaissances yoguiques réelles, durant tant d’années qu’ils sont toujours parmi nous ; Anges tutélaires aux charismes irremplaçables, bornes nous ayant évité les écueils sur les chemins de la quête. Avec un crédo : « les pieds sur Terre, la tête dans les étoiles et rester soi-même ! »

Entre temps, la première génération s’était préoccupé de poser des exigences de sérieux à la formation des professeurs de yoga et c’est ainsi que Zinal accoucha du fameux programme minimum européen, toujours exigé dans les grandes Ecoles de formation de professeur de yoga en Europe et sérieuses références dans le monde du yoga. L’Ecole Française de yoga de Paris sera l’une des premières écoles à l’appliquer. Portant au début sur trois années d’études théoriques et pratiques, ce programme passe sur quatre années au milieu, des années 80. On y découvre et y pratique des lignées de Hatha- yoga différentes, également, l’anatomie, l’ostéopathie, le sanskrit, l’hindouisme, le védanta, l’acupuncture, le shivaïsme, le tantrisme, la psychologie, la pédagogie, les grands textes sacrés fondateurs du yoga et des civilisations indienne, occidentale et tibétaine, de la Pradipika à Maître Eckart, de l’Esychasme à la Bhagavad-Gita, en passant par les 80 postures fondamentales du yoga traditionnel, les sutras de Pantajali et la circulation méridienne de l’énergie tibétaine etc…

Puis c’est l’oeuvre au blanc et au noir avec les examens, le mémoire de fin de formation, les oraux ; le temps vient des choix ou de la confirmation de la lignée, de la passion qui dure longtemps pour l’enseignement ou pas. Certains partent en Inde, « treckkent » au Tibet et au Népal, d’autres pas. Les cygnes d’Antan se transformeront peu à peu en signes des Temps !

Tout cela, avec les deux années de pratique exigées avant d’être admis dans ces écoles, aura pris six ans.

Les conseils de Roger toujours d’actualité, résonnent encore dans mon esprit, le charisme de Boris, la gentillesse de Gérard Blitz, la grande classe de Renatha sont toujours dans mon cœur, sans oublier le professeur Tomatis dont la méthode me permit de vivre un jour, une expansion totale de la conscience, au-delà des mots.

Bien, vous avez donc quelques points de repaires pour vous renseigner désormais utilement et choisir vos cours de yoga prénatal !
C 2013: Christine Colonna-Cesari



Roger Clerc, Christine Colonna-Cesari et Boris Tatsky au Club Med de Gaillon, qui dans les années 1980 accueillait généreusement Les stages de L’Ecole Française de Yoga.